in ,

Volvo, la famille Koopman et mon dernier né

Volvo, la famille Koopman et mon dernier né
Volvo 244 GLO
ER Classics Bureau 2022

Le voyant Attachez votre ceinture de sécurité a clignoté et cliqué dans la Volvo 244. Juste avant cela, j'ai fermé une lourde porte. C'était confortable à bord. Le voisin Koopman est venu me chercher. Elle et son mari exploitaient une ferme sur une route de campagne près d'Ens. Et c'est la route où je suis né. Elle et un de mes amis d'enfance m'ont emmené à l'école, à deux kilomètres de là. Comme ma mère, elle faisait ça plus souvent quand les dieux de la météo avaient de mauvaises intentions à notre égard. Oui, nous avons souvent fait du vélo. Mais quand nous étions vraiment mauvais, on nous accordait un peu de réconfort. Et j'ai certainement trouvé cela dans les Volvo de la famille Koopman.

Tout était un peu plus grand que ce que nous conduisions à la maison, une Volvo était dans sa propre classe supérieure. La famille Koopman m'a fait découvrir le phénomène depuis la Suède via une 142, une 242 DL et une 244 GL. Pendant des années, il a su suivre sa propre voie scandinave. La sécurité et le luxe modeste ont toujours donné aux Volvos leur propre position un peu plus élevée dans le monde automobile. Une telle voiture était un choix conscient, qui n'était d'ailleurs pas pour tout le monde, mais que vous pourriez utiliser pendant des décennies. Et il a offert des points de départ avec lesquels Göteborg pourrait avancer pour les années à venir.

Les copies Volvo de la famille Koopman en sont la preuve. Sans aucune fantaisie, ces voitures ont dévoilé leurs secrets insolites. Robustes, lourds, massifs, sûrs et sobres ils ont marqué les esprits. Au milieu des années XNUMX, la perspective a changé. Les agriculteurs avaient plus de mal, la réglementation obligeait de nombreux agriculteurs à investir et, de plus, il y avait une crise économique sans précédent, surtout au début des années XNUMX.

Beaucoup de gens vivaient dans notre voisinage avec une entreprise agricole. De belles personnes, des travailleurs acharnés aussi, dont certains se sont certainement récompensés avec de plus grosses voitures dans les années soixante et soixante-dix. La famille Sturm conduisait une Mercedes-Benz, la famille Schra avait une Opel Rekord D, la famille Arendse faisait le tour du monde des polders avec une Toyota Crown. Et la famille Koopman avait l'esprit Volvo. Mais au cours de la première moitié, l'établissement agricole autour de nous a commencé à se rétrécir. Toujours chez la famille Koopman, l'histoire robuste des modèles 140 et 240 a finalement été conclue. Oui, ils sont restés des conducteurs Volvo, mais une berline 360 ​​de luxe a remplacé les Volvo suédoises.

Les Volvo m'ont toutes impressionné, comme je l'ai déjà dit, et parce que la noble famille Koopman les conduisait, j'ai toujours regardé un peu à contre-courant. Mes parents n'étaient certes pas sans moyens, mais de nombreux investissements dans ma première maison parentale (une maison ouvrière, devenue un bel endroit grâce à mon père) et des hausses absurdes des taux d'intérêt (amorcées dans la seconde moitié des années XNUMX) ont exigé une certaine prudence. Bien que : précisément l'achat de la techniquement sensible Citroën Dans ce cas, GSX était un peu difficile à expliquer, mais cela en disait aussi long sur mon père. Sa propre gentillesse (comme il le dit toujours) aurait bien convenu avec une Volvo (ou une SAAB). Ce n'est jamais arrivé.

Après nos sports d'hiver du mois de mars, je suis tranquillement parti à la recherche d'un remplaçant pour l'ancienne Astra H Station fidèle et parfois techniquement compliquée. De nombreux candidats sont passés. Et je visitais aussi régulièrement le site de Gerard Kramer Classics. Ce n'était pas pour rien. Je connais la famille Kramer depuis un certain temps, et ils ont aussi un cœur Volvo. Et Gérard et Anne m'avaient déjà bien aidé à descendre de la Lancia, je n'oublie pas ce genre de choses. Et Anne m'avait déjà dit qu'"une belle V50 2.0 de Suisse arriverait".

« Jetez un autre coup d'œil au site de Gérard », ai-je pensé un samedi matin et bon sang : tout à coup, ma voiture suivante est entrée directement dans le salon. C'était la voiture dont Anne m'avait déjà parlé. Vous comprenez : j'étais à Wolvega en un rien de temps. Heidi, notre fille cadette et amoureuse des belles choses, m'accompagnait. Une tasse de café, rattrapage, essai routier. J'ai su en 10 secondes. Cette Volvo V50 2.0 Kinetic, équipée de plusieurs options Edition II, sera la mienne. De plus, j'ai aimé son histoire suisse plus que vous ne le pensez. Spitzen Wartung assuré. L'affaire a été conclue rapidement, Gérard et moi avons rapidement accepté.

J'ai la Volvo depuis quelques semaines maintenant. Je me sens presque privilégiée dans l'humilité. Et cela a tout à voir avec le bon vieux temps, quand j'étais parfois ramassé avec une Volvo quand j'étais enfant. C'était spécial, j'ai toujours admiré un peu la marque. Bien sûr, la Volvo d'alors était légèrement différente de la Volvo d'aujourd'hui. Mais les souvenirs des voitures de la famille Koopman garantissent également que je suis un fier conducteur Volvo depuis maintenant deux semaines. Mon Dieu, comment ce V50 me va-t-il comme une veste. Et oui, plus que je n'aurais pu imaginer. Et c'est une pensée à laquelle je peux très bien m'habituer.


2 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. Depuis environ 5 ans, je conduis aussi une Volvo. Un modèle intermédiaire, la 945 flat diesel. Achetée à l'âge de 24 ans, 76.000 20 km, immobilisée pendant 2 ans quelque part dans un pré en Grèce. Booster dessus, vérification de l'huile et de l'eau, préchauffage et démarrage 7,50X. incroyable!!! Maintenant conduisez-la presque tous les jours, belle voiture qui apporte la paix et pas aussi gourmande qu'on le dit. 100 litres de gasoil/20 km en moyenne. Bon pour encore XNUMX ans environ.

  2. Quelle belle histoire et aussi reconnaissable; Au début de 1983, j'ai commencé à conduire une Volvo (pas si étrange si vous allez travailler pour Volvo) un break 240 GL/GL avec une belle sellerie en peluche sur les excellents sièges et le siège arrière. Je me souviens que lorsque je roulais effectivement (beaucoup) trop vite, je ne recevais jamais de signal gênant d'un autre usager de la route ; on vous regardait, mais plutôt avec une expression de « le médecin devra voir un patient ». Un peu plus tard j'ai conduit une Volvo 760 GLE, très belle également, mais la 240 est restée un doux souvenir.

Donnez une réponse

L'adresse e-mail ne sera pas publiée.

La taille maximale du fichier de téléchargement : 8 Mo. vous pouvez télécharger : image. Les liens vers YouTube, Facebook, Twitter et d'autres services insérés dans le texte du commentaire seront automatiquement intégrés. Déposer des fichiers ici

Maintenant dans le magasin

Voir l'aperçu de 40 pages via ce lien ou un clic sur la couverture.

Le numéro d'août, contenant :

  • Fiat 127 de 1972
  • Bicylindre en V Heemskerk, la meilleure moto jamais construite par BSA
  • Restauration Mini Voyageur 1963
  • Peugeot 104, une fête
  • Volkswagen Golf Pays était trop en avance sur son genre
  • Conduire avec un Yamaha R5 (1971-1972)
  • Rapport Wemeldinge Classic Races
  • Désignations de type en double - Partie XVI
couverture 8 2022 300

Le matériel de lecture parfait pour une soirée ou plus de rêve tranquille. Il est maintenant dans les magasins. Un abonnement est bien sûr préférable, car alors vous ne manquerez plus de numéro et vous serez également 27 € moins cher. Pas mal en ces temps chers.

Panther

Panthère J72

À propos de Changs, de BMW et d'une Harley

À propos de Changs, de BMW et d'une Harley