DAF 44 de Luxe (1974), impression de conduite. Dans les allées, dans les avenues.

Auto Motor Klassiek » articles » DAF 44 de Luxe (1974), impression de conduite. Dans les allées, dans les avenues.

Récemment, nous avons eu une excellente occasion de conduire un DAF. Nous l'avons fait souvent. C'était maintenant au tour du DAF 44 de Luxe de 1974. La voiture était offerte par Gerard Kramer Classics et offrait toutes les raisons d'en faire un rapport. Nous partagerons l'impression de conduite avec vous.

La série de modèles DAF 44 date à l'origine de 1966. Il a été remplacé à l'automne 1974 par le 46 avec un moteur pincé, une construction De Dion à l'arrière et un arrangement Variomatic avec une courroie. C'est une voiture essentiellement différente de la voiture proposée par Gerard Kramer Classics. Elle est toujours restée aux Pays-Bas depuis sa nouvelle livraison et a son immatriculation néerlandaise d'origine depuis le 31 juillet 1974. Le DAF 44 de Luxe était équipé d'un chauffage de lunette arrière en option. Cela n'a jamais été de série sur le DAF 44, de sorte que la lunette arrière présente une caractéristique de rechange exemplaire de l'esprit de l'époque dans laquelle le DAF a été vendu.

En tant que De Luxe, le DAF 44 était aussi un modèle d'économie avec diligence. Mais cette caractéristique pourrait bien se combiner avec la qualité. Ce qu'il y a dedans est propre et suffisant pour que vous vous sentiez à l'aise en tant qu'occupant. De plus, les matériaux utilisés sont toujours en excellent état, même 49 ans plus tard. Le fait que la voiture ait été peu utilisée à partir de 1974 (moins de 48.000 44 kilomètres !) y est peut-être pour quelque chose. Mais vous avez également remarqué dans des exemples DAF déjà conduits que le constructeur néerlandais de voitures particulières d'antan se portait bien en termes de qualité. De plus, ce XNUMX est encore dans un état très correct. Oui, vous voyez des signes d'utilisation, des signes des ravages du temps. Et la plaque Variomatic près de l'éclairage de la plaque d'immatriculation est manquante. Mais sinon, le DAF est dans un état très original et pas foiré. C'est comme ça qu'on aime les voir.

Nous mijotons à travers le magnifique Weststellingwerf, qui offre de nombreux lieux de photos magnifiques. Dans les allées, dans les avenues, cette idée. Le DAF 44 est équipé d'un moteur bicylindre de 844 cm44 refroidi par air. Cela fait partie du groupe motopropulseur avec la transmission Variomatic. Celui-ci dispose également d'une large bande passante de transmission dans le 44. En partie à cause de cela, vous pouvez facilement accélérer avec ce 80 à des vitesses de 90 à XNUMX kilomètres par heure. Le moteur est vif et relativement nerveux. Ceci s'applique également aux autres composants techniques. Un bon test pour cela est, par exemple, de commencer avec le levier dans le sens de déplacement choisi. C'est très bien avec ce DAF, la voiture ne rampe pas (gaz coupé) après le démarrage. Si vous choisissez de démarrer avec le levier de vitesses au point mort, il est vraiment important d'attendre un peu avant de choisir le sens de marche pour éviter de "se brosser les dents". C'est spécifique à DAF.

De plus, un défaut historiquement connu apparaît sur cette voiture : la capacité de freinage modérée. En cas de décélération, il est vraiment important d'actionner fermement la pédale de frein afin de décélérer légèrement. Cette objection est déjà apparue dans les rapports de test historiques, et nous la maintenons également avec notre copie de reportage. On a l'impression que les tambours (non alimentés) sont sous-dimensionnés tout autour, et vous devez vraiment en être conscient si vous êtes sur la route avec (par exemple) un 44.

De plus, il n'y a pas grand-chose à reprocher à cette voiture. Le DAF est remarquablement léger, se comporte très bien sur la route et se sent agréable et léger, en partie grâce à la construction de l'essieu. Le réglage du châssis est assez confortable. Vous obtenez par le volant le traitement des bosses sur la surface de la route. Le DAF est également sensible aux rafales de vent latérales, vous remarquez donc qu'il aime faire un pas de côté. C'est - compte tenu du faible poids total et de l'habitacle assez haut de la belle carrosserie Michelotti - pas de surprise. En revanche, la 44 reste neutre assez longtemps dans les virages, le comportement de la voiture est acceptable.

En parlant de cet habitacle : il offre une quantité décente d'espace et de liberté de mouvement. De plus, les sièges du DAF sont vraiment excellents. Ils soutiennent bien et sont bien positionnés par rapport au volant. En tant que passager avant, vous devez toujours vous habituer aux passages de roue qui dépassent loin vers l'intérieur. Pourtant, il y a (pour le conducteur) suffisamment d'espace pour trouver une place pour le pied gauche, également parce que la pédale d'embrayage est évidemment manquante. Les fonctions de commande du DAF sont faciles à trouver. L'intérieur offre un autre plus : la visibilité panoramique est vraiment excellente de tous les côtés.

C'est ainsi que l'image d'un beau classique hollandais, qui se prête parfaitement à une belle balade à l'intérieur, reste. Une conclusion que le nouveau propriétaire ne tardera pas à tirer. Il reçoit un DAF qui est dans un très bel état technique et cosmétique, et de plus son 44 est une livraison tardive aux Pays-Bas. En tout cas, nous n'avons pas été surpris que ce très beau 44 de Luxe se soit vendu rapidement.

Merci à Gerard Kramer Klassiekers, Wolvega

Photos : Bart Spijker et Erik van Putten

DAF 44 de Luxe (1974), impression de conduite. Dans les allées, dans les avenues.
DAF 44 de Luxe (1974), impression de conduite. Dans les allées, dans les avenues.
DAF 44 de Luxe (1974), impression de conduite. Dans les allées, dans les avenues.
DAF 44 de Luxe (1974), impression de conduite. Dans les allées, dans les avenues.
DAF 44 de Luxe (1974), impression de conduite. Dans les allées, dans les avenues.
DAF 44 de Luxe (1974), impression de conduite. Dans les allées, dans les avenues.
DAF 44 de Luxe (1974), impression de conduite. Dans les allées, dans les avenues.

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT ET NOUS VOUS ENVOYERONS CHAQUE JOUR NOTRE NEWSLETTER AVEC LES DERNIÈRES HISTOIRES SUR LES VOITURES ET MOTOS CLASSIQUES

Sélectionnez d'autres newsletters si nécessaire

Nous ne vous enverrons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Si vous aimez l'article, partagez-le...

Commentaires 7

  1. Et dire que quelqu'un dans la région d'Hilversum aurait été assez créatif pour accrocher un bloc moteur Renault/Alpine à l'avant et aurait dû rendre un pilote Mercedes presque fou en le cherchant. On parle d'un événement dans les années 70...

    Revenons aux 44 de ce rapport ; notez également le soufflet au milieu de la photo (intérieure), que l'on voit juste au-dessus du fonctionnement des essuie-glaces.
    Pas électriquement, comme c'est souvent le cas, mais à la main.

  2. En effet, si vous conduisiez un DAF 55 en ville (un peu sportif donc) alors peu de gens l'ont accompagné, expérimenté plus d'une fois.Daf était une voiture difficile pour de nombreux garagistes.
    Le musée DAF est définitivement un incontournable pour les passionnés

  3. Quand ma belle-mère est passée d'un 33 à un 55, La Haye est devenue beaucoup moins sûre. J'ai abandonné après 1x conduite.
    Très beau 44 ce.

  4. Ha sympa, ma 1ère voiture en tant qu'étudiant du HTS Autotechniek (alors) à Apeldoorn. Encore une fois a remporté le 3e prix dans un rallye de l'école : si vous conduisez mal, vous pouvez revenir en arrière aussi vite :-))
    Je pense avoir eu un an, puis je suis passé à un peu fatigué Alfa Romeu Giulia 1600 Sprint GT de 1966. Je voulais vraiment l'avoir….
    Mais voiture très inventive, ma 44.
    Je suis de retour au musée DAF depuis un moment, fortement recommandé, comme c'est beau !!

  5. Il était une fois un Daf 55. Aux feux de circulation et autres positions de départ, ce modèle a provoqué une expérience choquante pour de nombreux conducteurs BMW. Pour certains, c'était probablement même un traumatisme, qu'une "drôle de voiture" aussi petite et bon marché leur ait donné un coup d'œil lorsque le gaz a été donné.

  6. En effet, après le démarrage, il était conseillé d'attendre avec un point d'essence que le moteur revienne au ralenti normal avant de mettre le smart stick en marche avant ou arrière. Si la vitesse d'étranglement était réglée un peu élevée, c'était comme se brosser les dents. Lorsque DAFjes ne disposait pas encore d'installations pour augmenter la sécurité au démarrage, de nombreux descendants de l'usine de Bornse sautaient joyeusement par la porte du garage si les gens n'y prêtaient pas attention. Mais comme ils étaient amusants et révolutionnaires ! Le manuel d'instructions de la moto indiquait alors qu'une moto accélère généralement plus vite à l'arrêt qu'une voiture. Avec une déclaration claire que le DAF était une exception en raison de son « accélération féroce ». Oui, ils étaient étonnamment rapides sur ces premiers mètres. Des voitures fantastiques, elles étaient, elles sont !

Laisser un commentaire

L'adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués * *

La taille maximale du fichier de téléchargement : 8 Mo. vous pouvez télécharger : image. Les liens vers YouTube, Facebook, Twitter et d'autres services insérés dans le texte du commentaire seront automatiquement intégrés. Déposer des fichiers ici