in

La Minissima. Cela semblait une si bonne idée

Minissima
ER Classics Bureau 2022

La Minissima était une petite citadine conceptuelle conçue par William Towns (en tant que Townscar) dans 1972 pour lui proposer de remplacer la Mini. BLMC a exposé la Minissima à son stand au salon de l'automobile de Londres à 1973 après que BLMC a repris le prototype de Towns.

Plus petit que mini

Tout comme la Mini, la Minissima était équipée de roues "10" et du moteur BMC Série A. Il était environ un centimètre 75 plus court que la Mini et l’idée était qu’il pouvait être placé sur une place de parking. Même au début des années 1970, il était déjà très occupé dans certaines villes. La voiture n'avait qu'une porte. Et c'était à l'arrière. Les deux occupants à l'avant avaient hâte pour des raisons pratiques. Les passagers étaient assis à l’arrière contre les deux fronts et ont donc regardé en arrière. Nous ne savons pas comment les deux passagers avant devraient être mis à leur place, mais nos archives ne nous ont fourni aucune explication à ce sujet.


C'est resté une suggestion

De toute évidence, la Minissima n'a pas effacé les Minis de la carte. Quelques années plus tard, l'idée réapparaît sous la forme d'un prototype de voiture invalide. William Towns avait simplifié le style pour permettre une production de masse. À l'époque, le concept a été repris par GKN Sankey de l'ancien technicien Ford Fred Hart. À la renaissance, le véhicule était équipé d'une commande centrale afin que le conducteur handicapé puisse y conduire par l'arrière avec son fauteuil roulant. Il y avait donc également des rampes pour entrer. Pensez à ce qui est devenu un succès: la Canta. Donc ça aurait pu être. Malgré le fait que la conception ait reçu un prix du Conseil de style en 1978, l'ensemble du projet a échoué. Une subvention gouvernementale était nécessaire pour atteindre la production. Et comme les coûts de production étaient assez élevés, l'idée n'a pas obtenu cet argent.

De la ville à un fabricant de vélos

GKN a exposé l'affaire et le projet abandonné a été acheté à un prix avantageux par Elswick, un fabricant britannique de vélos. Entre 1981 et 1987, certaines copies ont été vendues sous le nom Elswick Envoy.

Mais cela ne le méritait pas vraiment non plus. Donc, pour le successeur de la Minissima, l'Envoy, le bouchon est sorti. C'était la fin d'une idée amusante. Mais finalement, un gaspillage d’investissement et une confiance dans le résultat. En outre, il est amusant de constater que le fabricant de vélos existe encore et qu’il est florissant à ce jour. Mais l'expérience Envoy est soigneusement effacée dans leurs livres d'histoire.

Encore un au revoir digne

Le point culminant de son existence a été la Minnissima / Elswick in 2007. Ensuite, un documentaire d'un peu moins d'une demi-heure intitulé «Élégie (chanson de deuil)» a été réalisé pour Elswick Envoy. Et ce documentaire a remporté le premier prix 2008 au Aspen Shortfest Festival. Mais si c'était une fin heureuse?

Donnez une réponse

L'adresse e-mail ne sera pas publiée.

La taille maximale du fichier de téléchargement : 8 Mo. vous pouvez télécharger : image. Les liens vers YouTube, Facebook, Twitter et d'autres services insérés dans le texte du commentaire seront automatiquement intégrés. Déposer des fichiers ici

Maintenant dans le magasin

Voir l'aperçu de 40 pages via ce lien ou un clic sur la couverture.

Le numéro de juin, contenant :

  • Restauration Fiat 128
  • Audi 80 GT avec historique de compétition
  • BMW R60 / 2- combinaison side-car
  • Respectueux de la nature Mercedes-Benz 240 D W124
  • Peugeot 305 existe 45 ans
  • Révision à commande hydraulique étriers (Partie 2)
  • Le Leyland - C'est une dame
  • Désignations de type en double - Partie XIV
couverture 6 2022 300

Le matériel de lecture parfait pour une soirée ou plus de rêve tranquille. Il est maintenant dans les magasins. Un abonnement est bien sûr préférable, car alors vous ne manquerez plus de numéro et vous serez également 27 € moins cher. Pas mal en ces temps chers.

Fêtes

Souvenirs de vacances: l'autorité est bonne

Fêtes

Souvenirs de vacances: le Limousin