Mercedes-Benz W 113. La Pagode existe depuis 60 ans. Partie 2 : La 250 SL (1967-1968)

Auto Motor Klassiek » articles » Mercedes-Benz W 113. La Pagode existe depuis 60 ans. Partie 2 : La 250 SL (1967-1968)
Il y a des classiques qui achètent (copie)

Au Salon de Genève de mars 1963, Mercedes-Benz présente la nouvelle 230 SL. La belle Gran Turismo de Sindelfingen a relevé le défi de remplacer deux voitures de sport extrêmement populaires : la 190 SL (W 121) et la 300 SL (W 198). Connue en interne sous le nom de série W113, elle est censée symboliser les hautes performances et les fonctionnalités les plus avancées pour une sécurité de conduite optimale. Et last but not least : dès le début, le W 113 a été apprécié pour son design extraordinairement élégant. En trois parties, nous vous emmenons dans l'histoire de cette belle Mercedes-Benz. Aujourd'hui, vous allez lire la deuxième partie, dans laquelle nous décrivons la Pagode la plus courte et la moins produite : la 250 SL.

La 230 SL avait fait ses preuves pendant quatre ans, et Mercedes-Benz a pensé qu'il était temps de remplacer la Pagode débutante de 1963. Le 27 février 1967, Mercedes-Benz présente le successeur, qui devient la 250 SL. De l'extérieur, la nouvelle voiture, dont la production en série avait déjà commencé en décembre 1966, ne se distinguait pas de sa devancière. Les changements étaient principalement dus au moteur et au système de freinage.

Achetez en magasin

Pour les modifications techniques, Mercedes-Benz a consulté les caractéristiques, car la 250 SL a adopté le moteur et le système de freinage sous une forme modifiée de la 250 SE (W 108 III). Le moteur M 129 III avait une cylindrée de 2496 cm230. La source d'alimentation délivre la même puissance que le moteur de la 150 SL : 110 ch DIN (5500 kW) à 250 tr/min. Le couple du moteur 230 SL était de dix pour cent supérieur à celui de la source d'alimentation 129 SL. De plus, le moteur M XNUMX III a montré une courbe de couple plus plate. Il était équipé de sept paliers de vilebrequin pour un fonctionnement plus fluide et également d'un échangeur de chaleur huile/eau.

thermiquement sensible

De plus, les segments de piston ont reçu un traitement au molybdène pour réduire les problèmes thermiques initiaux des groupes motopropulseurs M129 (toujours issus du moteur M180 de 1951). Les cylindres étaient disposés par paires (trois fois deux) et par paires ils étaient trop rapprochés. De plus, ils n'étaient pas séparés par des canaux (ou chambres) de refroidissement. Le haut des pistons est simplement devenu trop chaud sous une charge élevée. Avec les segments de piston en molybdène, Mercedes-Benz a en partie résolu ce problème (avant même l'arrivée de la 250 SL). Comme pour le moteur M127 (y compris le 230 SL), le moteur M129 avait un bloc en fonte, une culasse en aluminium et un seul arbre à cames en tête. Enfin : côté châssis, rien de changé par rapport à la 230 SL.

Plus équilibré et puissant, vitesse de pointe inférieure à 230 SL

La 250 SL était donc plus équilibrée et puissante sur le papier. L'inconvénient était qu'il n'atteignait pas tout à fait la vitesse de pointe de la 230 SL en raison de son poids plus élevé. La vitesse de pointe de la 250 SL avec boîte manuelle à 195 rapports était de 200 km/h ou 1 km/h selon le rapport de démultiplication final (de série : 3,92 : 1 ; en option : 3,69 : 190 ; boîte automatique : 195 km/h ou 1km/h). Dotée d'une boîte manuelle à cinq rapports, elle n'était disponible qu'en une seule variante (4.08:200), qui atteignait XNUMX km/h.

Freins à disque sur les roues arrière, régulateur de force de freinage

Les modifications apportées au système de freinage signifiaient que la 250 SL recevait également des freins à disque sur les roues arrière. Mercedes-Benz a installé des disques de frein avant plus grands à l'avant. De plus, la 250 SL a reçu un régulateur de force de freinage pour éviter de surcharger les freins arrière. Un différentiel à glissement limité était désormais également disponible en option. Une capacité de réservoir de carburant de 82 litres au lieu des 65 précédents permettait une plus grande autonomie.

version californienne

La 250 SL n'était pas seulement disponible avec les trois styles de carrosserie de la 230 SL. Mercedes-Benz a également lancé une quatrième version. La 250 SL était également disponible en coupé avec banquette arrière. Cette version californienne a été présentée pour la première fois en mars 1967 au Salon de l'automobile de Genève. Dans cette version, l'espace nécessaire pour la banquette arrière a été obtenu en supprimant la capote. Comme le toit pliant ne pouvait pas être installé ultérieurement, cette variante promettait un pur plaisir de conduite uniquement dans les zones sèches ou avec le toit du coupé monté.

5196 pièces, seulement un an de production

La 250 SL est devenue la variante Pagoda la plus rare, car elle a été remplacée par la 280 SL après seulement un an. La 250 SL a été construite 5196 fois, et a été remplacée en février 1968 par la 280 SL. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet dans la troisième partie de cette série.

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT ET NOUS VOUS ENVOYERONS CHAQUE JOUR NOTRE NEWSLETTER AVEC LES DERNIÈRES HISTOIRES SUR LES VOITURES ET MOTOS CLASSIQUES

Sélectionnez d'autres newsletters si nécessaire

Nous ne vous enverrons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Si vous aimez l'article, partagez-le...

Laisser un commentaire

L'adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués * *

Taille maximale du fichier de téléchargement : 8 Mo. Vous pouvez télécharger : afbeelding. Les liens vers YouTube, Facebook, Twitter et d'autres services insérés dans le texte du commentaire seront automatiquement intégrés. Déposez les fichiers ici