in

Toyota Corona RT40. Reconnaissance par une belle journée

Toyota Corona RT40. Une belle journée pleine de louanges

L'hommage ne pouvait pas être plus beau. Je conduis une Toyota Corona RT40 de 1970 et le photographe Wouter Oud est assis à côté de moi. Ron et Jan suivent avec la Camry. Nous avons déjà terminé la moitié de la Frise. Et puis ça arrive. Sur l'A7 entre Joure et Sneek, le conducteur et le passager d'une Ferrari California Spider nous réagissent avec exubérance, la joie va plus loin qu'un coup de pouce. Je pense que c'est un merveilleux compliment à la Toyota. Et le compliment me rend encore plus fière de la marque.

La sérénade de la Ferrari est le plus bel éloge de la journée. Nous envoyons une journée avec la très tardive Toyota Corona RT40, une copie rénovée de 1970. Paulus van Toyota Strikwerda - l'un des plus anciens concessionnaires Toyota des Pays-Bas - met le classique à notre disposition pour un beau reportage. Rarement une voiture que j'ai conduite a attiré autant d'attention. Tout le monde lève les yeux ou autour, et cela conduit parfois à des scènes hilarantes.


Ron et Jan voient encore plus de la Camry que Wouter et moi. Ils parlent d'un homme qui est distrait par le Corona. Au point qu'il coupe accidentellement une partie de son champ de tulipes cultivées avec sa tondeuse à gazon Toro. Wouter et moi manquons la scène, aussi parce que le Corona nous occupe. Et plus tard, Ron raconte qu'un Allemand se demande qu'est-ce que c'est pour un PKW† Il s'agit d'une Toyota Corona RT40 très tardive et rare. Du Japon. Ou plutôt : du temps où les voitures japonaises avaient encore tout un monde européen à conquérir. Et c'est pourquoi ils sont venus sur notre continent avec de très bonnes voitures, également pour surmonter le scepticisme déjà assez conventionnel du milieu des années XNUMX. Sans parler de la rude concurrence.

Le rapport Toyota Corona RT40 appartient aux pionniers japonais aux Pays-Bas dans les années soixante. Aujourd'hui c'est rare, surtout dans cette version lifting. La famille Strikwerda a apporté le classique bleu clair de la République tchèque aux Pays-Bas. Ils ont veillé à ce que la voiture soit rafraîchie techniquement et esthétiquement, afin de pouvoir colorer le monde classique pour les années à venir. Cela arrive régulièrement, car l'équipe Geesje Bosma-Trix Strikwerda utilise souvent la voiture en rallye. Les boucliers de la voiture en témoignent, tout comme le tripmaster à l'intérieur. Agréable de s'asseoir† Nous la roulons aujourd'hui, et nous comprenons pourquoi l'équipe féminine parcourt de beaux parcours avec elle avec brio.

Je suis très impressionné par cette Toyota Corona dès les premiers mètres parcourus. Cette voiture était certainement un produit haut de gamme à son époque. Même aujourd'hui, il ne présente pratiquement aucune imperfection, mais le frein à main reste collé pendant un certain temps. Heureusement, nous le découvrons à temps. La solution est simple : déplacez plusieurs fois la poignée du parapluie d'avant en arrière et le problème est résolu. Le moteur 1.5 litre 2R est un exemple de flexibilité. Il est surprenant de voir avec quelle facilité la Toyota Corona se déplace de sa place. Il accélère facilement dans les quatre rapports, même dès les bas régimes. Et sur l'autoroute tu tire en quatre facilement à 120 kilomètres, on le remarque à peine. Retour de gaz est la devise, et cela alors que le moteur 1.5 à l'avant a encore assez de gauche pour déplacer le pointeur sur le compteur de vitesse à ruban encore plus à droite. Tentant, mais bien sûr que nous ne le faisons pas.

La Toyota est tout aussi maniable sur les nombreux parcours intérieurs de la journée, elle est facile à conduire. Le changement de vitesse, l'embrayage et le freinage (cette version lifting a des freins à disque sur les roues avant) se font à la japonaise : doux et naturel. La maniabilité de la Corona est top. Des décennies après sa production, il est étonnant de voir à quel point cette voiture est facile dans la circulation quotidienne. Vous pouvez facilement l'utiliser de manière constructive au quotidien. Et pourtant : en termes de rareté, l'usage classique est nettement privilégié. Les réactions des passants en disent assez.

Le châssis de la Toyota Corona RT40 est peut-être la plus grosse surprise de la journée. Le confort de la suspension est excellent et fonctionne avec des courses longues et détendues. La Toyota rebondit également agréablement avec des mouvements doux vers la gauche et la droite, sans que l'excellente stabilité de la trajectoire ne soit le moins du monde compromise. Vous remarquez également à peine l'amortissement. L'expérience de conduite s'accompagne d'un son de moteur convivial, qui ne pénètre même pas en évidence dans l'ancien intérieur. Le mobilier est excellent et la position assise est bonne malgré la distance relativement courte au volant. Le contrôle communique et réagit progressivement et bien. Ce n'est que dans un virage très doux qu'il faut corriger un peu ou donner un peu plus de gaz. Ensuite, la Corona retrouve immédiatement son excellente adhérence.

Cette Toyota Corona montre pourquoi elle était le roi sans couronne de la classe moyenne d'antan. En 2022 nous le couronnerons encore. Et de nombreux passants le couronnent encore par un beau samedi. Il obtient la reconnaissance qu'il mérite pour une journée. Parce que cette voiture était exceptionnellement bien vissée pour l'époque. C'est reconnu et reconnu. Et c'est aussi pour cela que la chair de poule apparaît plusieurs fois sur mes bras lors de la belle journée de reportage.

Photos : Wouter Oud
Merci à Paulus Strikwerda, Wouter Oud, Ron Moes et Jan Hendriks

Toyota Corona RT40. Une belle journée pleine de louanges
Toyota Corona RT40. Une belle journée pleine de louanges
Toyota Corona RT40. Une belle journée pleine de louanges
Toyota Corona RT40. Une belle journée pleine de louanges
Toyota Corona RT40. Une belle journée pleine de louanges
Toyota Corona RT40. Une belle journée pleine de louanges
Toyota Corona RT40. Une belle journée pleine de louanges
Toyota Corona RT40. Une belle journée pleine de louanges
Toyota Corona RT40. Reconnaissance par une belle journée

7 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. J'ai moi-même conduit une Toyota pendant 32 ans, dont j'ai débuté en 1976, avec une Corolla 20 1200 cm1600, puis une Corolla 1977 break sport, puis une Toyota Corona à partir de 2.0 5 280.000 vitesses 1.6 1989 km, puis une Corolla 1.6 xli à partir de 320.000 , puis une Carina 1.6 xli est partie avec 270.000 2 km au compteur, puis une Corolla Verso 4 avec XNUMX XNUMX au compteur. Puis j'ai pris ma retraite et acheté une Audi AXNUMX et nous conduisons jusqu'à ce jour, car maman ne veut pas conduire une grosse voiture, elle a toujours eu elle-même de petits modèles. Pour ma part, je voudrais à nouveau un Rav XNUMX.

  2. Il n'est pas surprenant que de nombreuses Toyota et autres Japonais n'aient pas survécu aux années. Ma nouvelle Corolla 30 de 1976 était complètement pourrie au bout de 6 ans, la fine peinture automobile a été pulvérisée directement sur le métal nu, sans apprêt. Alors rouille comme un fou. Apparemment une copie du vendredi après-midi ou du lundi matin, car une station Corolla 30 jaune de 1975 circule toujours à La Haye. En tout cas, c'était ma première et aussi ma dernière Toyota.

    • Petite histoire de singe sandwich pour être honnête. La peinture ne dure jamais sur du métal nu sans apprêt. Et très franchement, les voitures du lundi matin n'existent pas chez Toyota pour la raison suivante, le processus de production était déjà ajusté de telle sorte que chaque Toyota avait la même qualité.

      Cela ne change rien au fait que certaines couleurs sont plus résistantes à la rouille que d'autres, cela semble étrange, mais c'est un fait dont nous, en tant que restaurateurs, pouvons parfois être vraiment surpris.

      Et encore un fait…. chaque voiture de ces années pourri comme un fou,…. même une Mercedes, et juste parce que la tôle d'une Mercedes était peut-être un peu plus épaisse, il a simplement fallu plus de temps avant que les trous ne deviennent visibles 😉

  3. Toyota : il n'y a pas de meilleure voiture !!!!!
    J'ai moi-même été en possession heureuse d'une Celica ZZT8,5 de 23 ans, pratiquement intacte, pendant 23 ans. Ne peut pas être cassé !!!
    Il est donc très bien entretenu et gâté par moi.

  4. Il ne reste presque plus de survivants des vieilles voitures japonaises. Les Mazda 70 et 121 des années 818 sont également magnifiquement conçues, mais ont malheureusement complètement disparu.
    En 1968, mon père a acheté cette Toyota Crown. En partie à cause du manque de connaissances des concessionnaires et du manque de fiabilité qui en a résulté, cette Crown s'est retrouvée à la casse après seulement 4 ans et 80.000 504 km. Cette Crown a ensuite été remplacée par une 1972 Peugeot en XNUMX

    • En effet, peut-être que le manque de connaissances des concessionnaires dans les premières années était un fait, cela ne signifie pas que la Toyota Crown était un produit inférieur à cette époque. L'inconnu rend l'histoire mal aimée plus susceptible de régner en maître avec ce genre d'anecdotes. Je connais des couronnes de cette série qui ont fait plusieurs fois le tour de l'horloge en tant que taxi.

      Et 80.000 100.000 kilomètres sans entretien approprié étaient en fait tout un exploit pour ces années si l'on supposait qu'une voiture de ces années était simplement "allumée" à XNUMX XNUMX kilomètres,…

  5. En effet, ce qu'écrit Erik, une belle voiture solide qui mériterait plus d'éloges dans le monde classique. La série Celica A2# et l'inestimable 2000GT se sont succédées, maintenant le reste de la gamme Toyota d'antan ! Et cette version RT40 facelift en est un bon exemple.

Donnez une réponse

L'adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués * *

La taille maximale du fichier de téléchargement : 8 Mo. vous pouvez télécharger : image. Les liens vers YouTube, Facebook, Twitter et d'autres services insérés dans le texte du commentaire seront automatiquement intégrés. Déposer des fichiers ici

GM Futurliner – Un bus extraterrestre

GM Futurliner – Un bus extraterrestre

Une vie meilleure

Une vie meilleure – colonne