in

Sbarro Challenge. Colonne en béton

Sbarro Challenge. Colonne en béton

Franco Sbarro a vraiment le sens de l'humour. Il a sûrement conçu le Sbarro Challenge lors d’un éclat de rire. Et si ce n'était pas le cas à ce moment-là, le Suisse créatif en obtiendrait au moins un quand quelqu'un achèterait cette création bizarre.

Passerelle

Cela a même fait rire, car il a finalement vendu pas moins de dix exemplaires. Probablement du même type que l'élite exubérante qui s'est assise presque en permanence obscurcie le long des célèbres podiums de Paris et de Milan, regardant l'une après l'autre la création idiote, mal ajustée et impraticable. Parce qu'il en était de même du Sbarro Challenge, idiot et peu pratique. Mais il n'était pas mauvais. L'intérieur a été entièrement conçu sur mesure pour le futur propriétaire, y compris les sièges. Ils n'étaient pas réglables. Ils étaient recouverts de cuir Connolly, tout comme le reste de l'intérieur. Il y avait bien sûr beaucoup plus à découvrir, y compris une vraie télévision avec enregistreur vidéo VHS. Maintenant seule la friperie en est contente, en 1985 tout le monde.


Valeur en Cw

Cette année-là, Sbarro a présenté le Sbarro Challenge au Salon de l'automobile de Genève. Sous la peau, cette supercar unique était principalement basée sur la technologie Mercedes-Benz existante. Dans le gros cul se trouvait un tel V8 allemand de 5 litres monté, qui, à l'aide d'un double turbo, déchaînait un 350 ch bâclé sur les roues arrière. Cependant, la transmission provenait d'un Jeep Cherokee, quelque part apparemment il fallait rester dans certaines limites. Il a réussi de manière phénoménale avec son coefficient de résistance à l'air : une valeur Cw de seulement 0,26 peut encore être qualifiée d'unique même aujourd'hui et c'était bien sûr sa raison d'être. Ou du moins l'excuse de sa forme en coin folle.

Blague coûteuse

L'équivalent automobile d'un butoir de porte. Et tout comme les éclats de prospérité absurdes sur le podium, ils suscitaient un véritable intérêt. Ce que les acheteurs voulaient transmettre n'était pas tout à fait clair, probablement même pas pour Sbarro lui-même. Il a dû aussi penser à une blague qui est devenue incontrôlable. Un prix cher, mais allez-y immédiatement : Franco a demandé avec un air impassible plus de 300.000 450.000 francs suisses pour cette folie Matchbox grandeur nature. Cela a été converti, hors taxes, à peine XNUMX XNUMX florins à l'ancienne, soit à peu près la valeur d'un hameau. Cependant, le glamour ne s'est pas du tout propagé. Après tout, un défi Sbarro était la meilleure option pour satisfaire la vanité perpétuelle, une condition fortement mal comprise.

Laisser de côté

Cela pourrait être quelque peu atténué avec les Sbarro Challenge Ⅱ et Ⅲ améliorés. La technologie de ces versions ultérieures est venue de Porsche, désormais un moteur six cylindres boxer avec un turbo de 3,3 litres, avec 300 et 400 ch, grondait à l'arrière. Le tableau de bord était également d'origine de Stuttgart, conservant les blagues de la première version. TV et vidéo à nouveau, et la caméra de recul extrêmement progressive a de nouveau été montée de manière visible dans les fesses convexes des versions ultérieures. Le Sbarro Challenge n'était pas la voiture pour cacher quoi que ce soit. À l'exception des rétroviseurs extérieurs, l'art de l'omission ne semble pas avoir été appliqué de manière cohérente à cette parade. Mais les apparences sont trompeuses. Prenez les deux spoilers rabattables sur le dessus de la cabine, comme aérofrein. Cela semble superflu au profane moyen, mais en réalité c'est indispensable sur tous les boulevards. Ou un essuie-glace rotatif, une nécessité absolue pour les conducteurs notoires des beaux jours. Si désiré, l'immense pare-brise pouvait être abaissé dans son intégralité, en guise de toit ouvrant alternatif. Mais bien sûr surtout pour donner aux gens un aperçu du bon vivant en service. Tout nudité étaient donc présents.

Colportage

Des dix exemplaires construits, le numéro sept est le plus connu, c'est la seule version à quatre places. Mais ce Sbarro Challenge est surtout connu parce qu'il est colporté sans succès sur internet depuis des années. Blanche à l'origine, cette copie désormais grise a été proposée à la vente à plusieurs reprises, sans jamais indiquer de prix demandé. Mais apparemment personne n'ose. Le fait que le premier propriétaire ne soit autre qu'Yves Saint Laurent n'a convaincu personne non plus. Et comment les avons-nous connus ? Ah, oui, la passerelle…

Abonnez-vous maintenant et obtenez AMK tous les mois pour seulement 3,75 €.

8 Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Sbarro a réalisé plusieurs modèles impressionnants.
    Personnellement, je pense que la réplique Sbarro Lola est la plus belle création de sa gamme.
    En tout cas, Sbarro est une personne créative et productive dont il y a beaucoup trop peu dans ce monde.

    • En 1969 cette réplique Lola de Sbarro avait pas moins de 500 ch et une vitesse de pointe de 310 km/h.
      Donc, en plus de ce défi, c'était aussi un jouet coûteux pour les mieux nantis d'entre nous,

  2. Désolé pour l'auteur de cet article incompréhensiblement négatif, mais je (en tant que fidèle disciple) pense que c'est une voiture fantastique à voir !! Et donc à lire sur de nombreux fronts, bien en avance sur son temps. Pourquoi pas une once d'appréciation?

  3. Ça me rappelle un peu le Gillet Vertigo. Toujours en cours de construction et de vente, je crois, à des prix exorbitants et aussi en nombre très limité. Tout comme la Sbarro, née d'un génie d'un petit pays qui aujourd'hui ne représente plus grand-chose en termes de marques automobiles… non pas la Suisse, mais… la Belgique !

  4. ....n'ose pas lire ce morceau pour dire : je trouve ça terrible.... MAGNIFIQUE !
    Quelle beauté d'un exotique et faire le lien avec "la kitcar" comme Peter l'a écrit avant frappe exactement mon sentiment à propos de cette voiture !………. et je conduis le mien régulièrement. (chef Sylva)

  5. Les années 80 ont été une période merveilleuse pour s'adonner à la conception de voitures au moyen de voitures en kit, souvent sur des voitures anciennes. Triumph ou châssis de livraison.
    Il s'agissait toujours de créations extrêmes où la créativité pouvait faire son travail sans entrave. Hypermodernes ou ultraclassiques, elles étaient toujours d'une beauté choquante par rapport aux modèles laids carrés laids des années 80 qui étaient en vente chez les concessionnaires à l'époque.
    Contrairement à cette Sbarro extrêmement chère, la plupart des voitures en kit étaient très abordables et plutôt destinées au grand public. Apal, Nova, van Clee, Ruska, Custoca, etc…
    J'avais l'habitude de vraiment m'émerveiller devant ce genre de créations. Malheureusement, dans les années 90, la plupart des initiatives dans le domaine des voitures en kit ont été interrompues.

Donnez une réponse

L'adresse e-mail ne sera pas publiée.

La taille maximale du fichier de téléchargement : 8 Mo. vous pouvez télécharger : image. Les liens vers YouTube, Facebook, Twitter et d'autres services insérés dans le texte du commentaire seront automatiquement intégrés. Déposer des fichiers ici

Maintenant dans le magasin

Voir l'aperçu de 40 pages via ce lien ou un clic sur la couverture.

Le numéro d'octobre, contenant :

  • Citroën CX 25 Prestige Turbo 2
  • Construction de charpente aux Pays-Bas
  • Amoureux de l'oiseau de feu frison
  • Lancia Fulvia
  • Toyota Corona RT40
  • BMW R90S
  • Classic Days Düsseldorf
  • Désignations de type en double - Partie XVIII
couverture 10 2022 300

Le matériel de lecture parfait pour une soirée ou plus de rêve tranquille. Il est maintenant dans les magasins. Un abonnement est bien sûr préférable, car alors vous ne manquerez plus de numéro et vous serez également 27 € moins cher. Pas mal en ces temps chers.

Alfa Romeo Spider 2.0 (1985) par Johan. Le cœur Alpha parle.

Alfa Romeo Spider 2.0 (1985) par Johan. Le cœur Alpha parle.

Audi TT. Au volant d'une future classique magistrale

Audi TT. Conduire un futur classique extravagant