Toyota Corolla 30 de Luxe par Kees Mieremet. Originalité de 1976

Auto Motor Klassiek » articles » Toyota Corolla 30 de Luxe par Kees Mieremet. Originalité de 1976
Y acheter des classiques

Kees Mieremet de Westmaas a acheté il y a deux ans une Toyota Corolla 30 de Luxe de 1976. Il nous a envoyé un message et nous a dit que ce n'était pas sa première voiture de ce type. Kees a également conduit une Corolla de cette génération au début des années quatre-vingt. Il se souvenait toujours avec tendresse des Japonais par la suite. «Dans mes premières années, j'ai amélioré ma voiture, mais je la garde aussi originale que possible.» Une histoire sur une Toyota spéciale et la gamme de livraison 1976 aux Pays-Bas et en Belgique.

Il y a une histoire spéciale à la corolle jaune avec le spécifique et si reconnaissable luxe enjoliveurs de roues bien serrés. Kees Mieremet nous raconte que cette Toyota Corolla 30 de Luxe a été immatriculée presque en même temps que celle qu'il possédait en 1981. "La plaque d'immatriculation de cette Corolla ne diffère que de cinq chiffres de la voiture que j'ai achetée il y a près de 30 ans." La Toyota Corolla 19 de Luxe de Kees Mieremet a obtenu sa plaque d'immatriculation le 1976 février 70.000. Depuis, elle mène une vie tranquille. Il a parcouru XNUMX XNUMX kilomètres. De plus, la Toyota est bien entretenue, elle est en très bon état.

Options de carrosserie pour les Pays-Bas et la Belgique

Au début de 1976, la Corolla de cette génération E30 était un acteur mondial, avec différents styles de carrosserie (et même désignations internes). La troisième génération de Corolla était disponible aux Pays-Bas en tant que voiture à deux portes, coupé à deux portes (un toit rigide fin, donc sans montants de fenêtre au milieu), en tant que Commercial à trois portes et en tant que break à trois portes. En plus des variantes livrées aux Pays-Bas, le programme en Belgique comprenait une berline quatre portes, un break cinq portes (les stations s'appelaient Break en Belgique) et le Trueno, un coupé attrayant avec la plate-forme de la Corolla E30 comme base (partielle).

Autres différences entre les Pays-Bas et la Belgique dans le programme de 1976

La gamme d'approvisionnement pour les Pays-Bas de 1976 comprenait l'Economic, l'Automatic et la De Luxe (toutes deux portes). Le coupé a été livré en Corolla 30 Coupé et en SR (compte-tours, console centrale, jantes sport en acier, horloge électrique, deux carburateurs). Le break avait presque les mêmes spécifications techniques que l'Economic. En Belgique, l'autocar et la berline s'appelaient Corolla 30 Grand Luxe. Soit dit en passant, sur la base de la Corolla 30 en 1976, le liftback (en Belgique, on l'appelait aussi, aux Pays-Bas, il s'appelait Sportwagon) ferait son entrée. Plus tard, la berline (quatre portes) et le break (cinq portes) arriveraient - comme en Belgique - sur le programme de livraison néerlandais. Toyota était dans cette phase (également avec la Corolla E20, qui a été nourri aux côtés de l'E30 aux Pays-Bas et en Belgique pendant un certain nombre d'années) excellent dans la petite classe moyenne occupée.

Moteurs et châssis

Les Corollas (la E20, la Trueno et la Liftback seront désormais laissées de côté) pour l'Europe, presque toutes étaient alors équipées du moteur de 1.166 cm3 1.166 KH. Le Coupé SR avait également un moteur de 3 cm30 (30K-B), mais il était équipé de deux carburateurs. Plusieurs sources d'énergie (et variantes d'équipement) étaient disponibles pour divers autres pays (en particulier hors d'Europe). Le châssis de cette Corolla génération E30 était équipé d'un essieu arrière rigide avec des ressorts à lames semi-elliptiques et des éléments de ressort MacPherson à l'avant, où un stabilisateur de torsion était également monté. De plus, la E1978 était équipée d'un système de freinage hydraulique séparé avec des freins à disque à l'avant et des freins à tambour à l'arrière. Toyota a soumis la E1979 à un lifting pour 1979 et 70, avant de céder la place en XNUMX à son successeur: la EXNUMX.

Excellent équipement standard avec la Corolla de Kees Mieremet

Retour à 1976 ou plutôt: la voiture de Kees Mieremet. Comme mentionné, il a une Toyota Corolla 30 de Luxe de cette année, ce qui signifie que le premier acheteur a opté pour une fonctionnalité standard plus étendue. C'était déjà en ordre pour la Corolla dans les années 70. Cependant, toute personne ayant commandé une Toyota Corolla 30 de Luxe aux Pays-Bas pouvait compter sur une radio, un allume-cigare, un revêtement de sol en moquette, des enjoliveurs profilés à cinq rayons argentés et un compteur journalier. Avec cela, l'équipement pour la gamme de prix dans laquelle la Toyota Corolla 30 De Luxe est tombée était bien organisé.

Au lieu d'un scarabée ovale un ……

Pour conclure: Mieremet est fan de sa Toyota Corolla 30 de Luxe, mais cela ne veut pas dire que sa prédilection classique s'arrête avec la marque Toyota. «J'ai aussi une Volkswagen T2B pour le moment. De plus, j'ai eu beaucoup de scarabées, dont un Jeans Bug des années 59 et un 30 -er avec un grand toit coulissant. Et puis, il devient clair à quel point Mieremet a pour la Toyota Corolla 1955 de Luxe. Mieremet a mis de côté une VW spéciale pour cela. "J'avais aussi une Coccinelle ovale de 30, et elle a dû quitter le terrain pour la Toyota." Un geste inhabituel mais significatif en ce qui concerne l'amour de Mieremets pour la génération Corolla EXNUMX.

Merci à l'expert Toyota Ron Moës, qui a fourni quelques ajouts.

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT ET NOUS VOUS ENVOYERONS CHAQUE JOUR NOTRE NEWSLETTER AVEC LES DERNIÈRES HISTOIRES SUR LES VOITURES ET MOTOS CLASSIQUES

Sélectionnez d'autres newsletters si nécessaire

Nous ne vous enverrons pas de spam ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

 

Si vous aimez l'article, partagez-le...

Commentaires 3

  1. Achetée d'occasion, elle avait 3 ans à l'époque, je l'ai conduite encore au moins 8 ans, elle l'a fait repeindre une fois, la plaque signalétique de la Corolla était fixée avec 2 goupilles, elle rouillait comme un fou, c'était une automatique, et effectivement le moteur n'était pas en panne, la boîte de vitesses automatique l'est, quelque chose s'est cassé dedans donc elle ne pouvait plus monter de vitesse au bout de 80 km, ce qui est dommage, j'ai pris plaisir à la conduire.

  2. J'en ai repris un à un collègue en 1992, donc à cette époque vers 16 ans et selon le vendeur «ça pouvait durer encore un an». C'était très optimiste, car en y regardant de plus près, il s'est avéré que toute la suspension avant n'était plus ou moins attachée à rien. Et les ressorts à lames arrière non plus. En bref: la carrosserie était pourrie «irréparable», tandis que le moteur et la boîte de vitesses faisaient une nouvelle impression, tout comme l'intérieur et la peinture (au moins, au-dessus d'un demi-mètre). Malheureusement. Avec une bonne décence, vous ne pourriez plus vous mettre en route avec ça.

    À la démolition avec. Ensuite, j'ai acheté une Lada 1200S ennuyeuse pour ma femme. Cela la sert fidèlement depuis des années.

  3. J'ai acheté une Corolla 1976 de luxe orange métallique en janvier 30, accessoirement à partir de l'année modèle 1975. Je pense que la voiture ci-dessus est également à partir de l'année modèle 1975. L'une des différences était que les grilles de refroidissement sur le capot sont passées du chrome à la peinture. Et j'ai aussi pensé que les enjoliveurs avaient changé au cours de l'année modèle 1976. Au fait, mon spécimen n'a pas duré très longtemps, après un an et demi de peinture est tombée de la porte et à environ 4 ans, j'ai dû commencer avec du remplissage au niveau des phares. La voiture rouille comme un fou, les recherches ont montré que la peinture était pulvérisée directement sur la carrosserie, sans apprêt. Peut-être une copie du lundi matin ou du vendredi après-midi. D'un point de vue moteur, la voiture était très bien d'ailleurs, avec mon père à plusieurs reprises en Suisse, en Italie, etc., mais à cause de la rouille, je l'ai remplacée après 6 ans par une Ford Taunus 16L récente et cela a beaucoup mieux roulé (et beaucoup moins économique) . Je n'ai jamais eu l'intention d'acheter une Toyota ou un autre japonais, mais je conduis déjà ma 4e MX5. C'est possible.
    Mon beau-père avait le coupé SR à l'époque, qui avait l'air très lisse sans pilier central et avec un compte-tours et une boîte de vitesses à 5 vitesses. Pour les connaissances qui avaient été dans la raison Jappenkamp pour beaucoup de critiques sur le choix de la voiture.
    Souvenirs d'enfance ……

Laisser un commentaire

L'adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués * *

Taille maximale du fichier de téléchargement : 8 Mo. Vous pouvez télécharger : afbeelding. Les liens vers YouTube, Facebook, Twitter et d'autres services insérés dans le texte du commentaire seront automatiquement intégrés. Déposez les fichiers ici