in ,

Peugeot 304. Un manche doré

Peugeot 304
ER Classics Bureau 2022

La Peugeot 1969 sera présentée au grand public à Paris en septembre 304. Pour la 304, Peugeot utilise les principes techniques (suspension, traction avant, moteur en alliage à montage transversal avec boîte de vitesses inférieure) et la section centrale de la 204. L'empattement est également identique aux dimensions 204. Le front est inspiré de celui du 504, qui a fait son apparition un an plus tôt que la nouvelle classe moyenne. La 304 comble très bien l’écart de la gamme Peugeot et se fond parfaitement entre la 204 et la 404. Ce sera un modèle précieux pour les Français.

Le 304 reçoit un moteur selon la recette bien connue du 204. Cependant, le métal léger et la source d'alimentation transversale croît pour le 304 à 1.288 204 cc, où la source d'alimentation 1.130 a et maintient un volume de 504 304 cc. L'avant avec les lampes Sophia Loren trahit l'origine XNUMX, l'arrière dessiné plus long abrite un grand coffre à bagages et détermine en partie la silhouette de la XNUMX. Les sections de feux arrière, constituées de deux unités placées verticalement par côté, sont également une marque de fabrique de la nouvelle Peugeot, qui combine des lignes individuelles avec des traits de famille élégants.


Berline est suivi de "CC" et de Break

Le résultat suivant de la collaboration entre Peugeot et Pininfarina dans 1969 fait donc ses débuts. Pour certains modèles 204, l’arrivée du grand frère n’est pas sans conséquences. Le 204 Coupé et le Cabriolet disparaissent dans 1970, le 304 Coupé et le Cabriolet très similaires prennent leur place et obtiennent la même source d’énergie que le Berline et le Break. Ce dernier fait son apparition dans 1971 et accompagne le 204 Break dans la classe de gares plus petite de Peugeot.

Changements apportés à 1972

Peugeot change la berline 1972 en 304. L'arrière de la ligne de toit est dessiné à un angle plus droit et la section de la fenêtre et les piliers des portes arrière sont étendus. Ces ajustements offrent plus de liberté de mouvement aux passagers arrière. Les feux arrière ont maintenant une forme rectangulaire et toutes les variantes ont des horloges rondes dans les tableaux de bord, qui sont autrement construites différemment dans les versions coupé et cabriolet que dans les versions berline et break. Le 304 mis à jour dispose également d’ouvertures de sortie dans les piliers centraux.

Versions plus rapides: l'arrivée des modèles S

À la fin de 1972, la berline 304 sera également disponible avec le moteur XL3S des versions «S» du coupé et du cabriolet, les versions de la carrosserie qui ne sont plus disponibles avec le moteur standard de 1973. Le moteur XL3S a également le déplacement bien connu de 1.288 cc. De plus grandes soupapes, un carburateur double Solex et un collecteur d'échappement adapté offrent cependant plus de potentiel, qui doit être exploité par des commutations fréquentes. Le moteur 304 standard est moins puissant, mais a une caractéristique plus calme et plus douce. La 304 S bénéficie également d’une commutation au sol, les versions de base conservant leur accélération de la direction. De plus, toutes les versions S ont des jantes avec vingt trous de refroidissement.

Divers changements de 1976

Dans 1976, la version diesel du 304 apparaît dans le programme de livraison. À partir de ce moment, la petite voiture de taille moyenne de Peugeot est disponible avec un moteur à allumage automatique 1.357cc. Entre temps, les charmantes versions Coupé et Cabriolet ont quitté 1975 en juillet. Les moteurs 1.288 cc de toutes les Berlines et Breaks à essence ont depuis évolué pour devenir des 1.290 cc et portent désormais le nom de XL5 et XL5S. Ce dernier moteur se retrouve sur la 304 S, conserve entre autres le carburateur double Solex et le collecteur d’échappement à doubles tubes. Pour toutes les sources d’alimentation XL5, il s’agit d’une flexibilité accrue.

Interrupteur au sol pour toutes les lignes, l'arrivée du SLS et un nouveau membre de la famille

Peugeot adapte à nouveau le 1977 à l'année modèle 304. Toutes les Berlines bénéficient d'une commutation au sol. Le "S" s'appellera "SLS". Après avoir pris la 204 Berline et Break out of production, The Break se situe à mi-distance de 1976 et correspond davantage à Berlines. Il est livré en tant que GL (avec le moteur 1127 cc des dernières versions de Peugeot 204) et SL. Il obtient également un frère de livraison: la Fourgonette, qui reçoit la même palette de moteur que les versions Break. Quelle que soit la mise en œuvre, le Break (et donc la Fourgonette qui s’inspire de lui) maintient le guidon. En 1977, le 305 fait son apparition pour combler le vide de la gamme Peugeot. C'était après la disparition du 404. Le 304 a des problèmes de vente avec le 305, considéré par beaucoup comme le successeur de 304.

À la fin

Cela ne change rien au fait que Peugeot reprenne une dernière fois la 304. La suspension avant est modifiée et toutes les versions sont désormais équipées de jantes en acier (sans couvercle) à neuf trous de refroidissement et de chapeaux de moyeu noirs. Après cela, le 304 est progressivement supprimé. Le SLS est le premier à souffler une bougie dans 1978. Les autres berlines dureront jusqu'au mois de mars 1979. La pause et la fourgonette atteignent les années quatre-vingt. Au cours de sa dernière année de production, ils peuvent également être équipés de la source d'énergie diesel 1.565 cc en plus des moteurs existants. En mai, 1980 lance le dernier 304. Il a été construit au total (la Berline a représenté la part du lion) 1.178.423 fois, et peut être appelé une réserve dorée.

 

 

4 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. mon père, médecin généraliste, a d'abord eu un 204. Avec ma femme et mes 4 enfants nous sommes partis en vacances en Italie avec, et en France, à cause de la forte charge, le radiateur avait dépassé, quelque chose dans ma mémoire avec toutes les Peugeot qu'il avait, un problème récurrent est apparu. Après la 204, et le 5e enfant qui est venu, une 304 est apparue, et avec cela l'amour pour les voitures françaises s'est refroidi. Rouille et peu de valeur ajoutée à côté du prédécesseur, le 204. Mais ils étaient sublimes et mon père a fait l'éloge de la traction avant pendant les mois d'hiver, quand il devait conduire des visites, ou devait entrer dans le froid hivernal pour les naissances….

  2. Le 305 était en effet le successeur du 304, le 304 décrit avec des enjoliveurs noirs avait le châssis du 305 à essayer. Je venais juste d'avoir mon permis de conduire à l'époque, ou en fait pas dans 1978, et le dernier 304 SLS était dans la salle d'exposition, je l'achèterais avec une remise pour le personnel. Faute de succès dans les temps, la voiture est passée à une autre et mon premier, parce que je n'aimais pas le 305, est devenu un 504 de seconde main. Je ne reconnais pas le diesel 304 dans le récit de M. v Dijk. La v.string a bien couru autour d'un coin via un guide et un tendeur, mais cela a été fait en espace, la corde en V ne dure pas plus longtemps. et que le moteur était lent est vrai, c’était aussi une Mercedes 200, mais que le moteur après 30000 km serait insensé, c’était des moteurs sans problème, à l’exception du serpentin de préchauffage du tableau de bord, qui s’éteignait régulièrement.

  3. J'ai eu quelques 304 à l'époque. Ils ont très bien conduit, en particulier avec l'appareil à gouverner. L’interrupteur au sol était difficile, mais a été remplacé par une Peugeot. À un carrefour compliqué à Rotterdam, le point le plus bas était un levier de vitesses complètement séparé, de sorte que le changement de vitesse était devenu impossible.
    Ils avaient aussi d'énormes problèmes de rouille, mais il y avait tellement de voitures à l'époque. Je pense que c'est un bon classique maintenant.

  4. Le moteur à essence 304 a peut-être bien fonctionné, mais mon père a eu le diesel 1977 en 304. Mon père a toujours été fou de «ses voitures» (de l'entreprise), mais cette voiture, il a eu pas mal de critiques à de nombreuses reprises, c'est le moins qu'on puisse dire. Et à juste titre, des constructions lentes et bruyantes et impossibles, comme la batterie au fond du compartiment moteur et une courroie de ventilateur qui a été tournée d'un quart de tour. Bien que la voiture ait duré 3 ans et 120.000 204 kilomètres avec le même (!) Moteur, il a néanmoins été conseillé de remplacer la voiture, ce qui est également arrivé avec une marque différente et non plus un diesel! Lors de l'inspection ANWB, on a demandé si le moteur avait déjà été remplacé. Les expériences avec les tests de ce type de diesel ont montré que quelques diesels 304 et 30.000 avaient déjà cassé tous les roulements à 504 XNUMX (!) Kilomètres! Mon père et moi en avions donc complètement fini avec les moteurs diesel et il m'a fallu beaucoup de temps avant qu'un diesel dans les voitures particulières puisse me convaincre, tant qu'il n'y avait pas de Volkswagen ou de Mercedes dessus. Etrange cependant, alors que la XNUMX en version diesel s'en sortait bien!

Donnez une réponse

L'adresse e-mail ne sera pas publiée.

La taille maximale du fichier de téléchargement : 8 Mo. vous pouvez télécharger : image. Les liens vers YouTube, Facebook, Twitter et d'autres services insérés dans le texte du commentaire seront automatiquement intégrés. Déposer des fichiers ici

Maintenant dans le magasin

Voir l'aperçu de 40 pages via ce lien ou un clic sur la couverture.

Le numéro de juillet, contenant :

  • De retour chez AMK après 27 ans : Fiat 124 Sport Spider
  • Chevrolet Apache 3200, authentique bourreau de travail
  • Transport éditorial : Cadillac Allante
  • Honda CRX 1.4GL en détail
  • Moto Guzzi 850 Le Mans, un moteur de rêve
  • Qu'est-ce que le Playmates de Playboy ?
  • Jawa 150 cc, livré à l'origine aux Pays-Bas
  • Désignations de type en double - Partie XV
couverture 7 2022 300

Le matériel de lecture parfait pour une soirée ou plus de rêve tranquille. Il est maintenant dans les magasins. Un abonnement est bien sûr préférable, car alors vous ne manquerez plus de numéro et vous serez également 27 € moins cher. Pas mal en ces temps chers.

Humber

Humber et autres anciens combattants

Ducati

Une Ducati moderne