in

Toit rigide Toyota Corona (1970-1973). l'inconnu fait aimer

ER Classics Bureau 2022

À la fin des années 1970 et au début des années 80, Toyota faisait de bons progrès en Europe. L'un des tracteurs de la gamme à l'époque était le Corona, qui en était déjà à sa quatrième génération en 90 et avait depuis été étendu avec une série Mark II. La quatrième série Corona - la série RTXNUMX/XNUMX était disponible en différentes versions et styles de carrosserie selon le marché. Comme la Toyota Corona Hardtop, qui se vendait régulièrement, notamment au Japon et en Amérique du Nord.

Pour le marché européen, Toyota s'est concentré dans cette catégorie sur la série Celica "20" du début des années 1600. De plus, le sentiment politique et des consommateurs européens n'était pas encore orienté vers un déluge de modèles japonais. Toyota avait déjà acquis l'expérience nécessaire avec des modèles aux lignes sportives. La Corolla, la Corona Hardtop, la 1900 GT, la Corona Mark II 2000 GSS et l'exclusive 1970 GT en sont de bons exemples. Et en XNUMX, la Celica était la prochaine addition sportive à la famille Toyota. Mais Toyota a également construit une voiture très gracieuse basée sur la quatrième génération Corona : la Toyota Corona Hardtop.


Débuts en 1970

La quatrième génération Corona a fait ses débuts en février 1970. Toyota a lancé une berline, une station et le Hardtop-Coupé. Pour une bonne utilisation de Toyota (alors déjà), le toit rigide était magnifiquement fini et surtout magnifiquement et gracieusement conçu. Par exemple, là où Toyota mettait davantage l'accent sur un design plus puissant avec la Celica, la Corona Hardtop du début des années XNUMX se caractérisait par des lignes élégantes et une lunette arrière de grande envergure. Le meneau central a été encastré dans la carrosserie lorsque les vitres latérales arrière ont été rabattues. L'ensemble a été exceptionnellement soigné par Toyota et (selon les versions) très complètement fini. 

Plateforme en T

En termes de technologie, Toyota utilisait toujours la plate-forme T avec cette génération Corona. La Corona (y compris cette version à toit rigide) avait un châssis avec un essieu rigide avec des ressorts à lames à l'arrière. À l'avant, Toyota a monté des doubles triangles et des ressorts hélicoïdaux. À l'avant, vous avez également trouvé un stabilisateur. De plus, la plupart des variantes ont reçu des freins à disque à l'avant et des freins à tambour à l'arrière. Les circuits de freinage sont séparés, une évolution dans l'air du temps. 

Divers moteurs

En termes de moteur, Toyota a initialement utilisé le moteur 2R 1.5 avec un carburateur à registre Aisan pour la version à toit rigide. En combinaison avec ce moteur, le Hardtop s'appelait RT90. En novembre 1970, les moteurs 6R 1.7 (code de modèle RT94) et les moteurs 8R 1.9 (code de modèle RT93) ont suivi. Par exemple, la version SL a reçu le moteur 8R-B avec deux carburateurs Aisan selon le principe SU. Ces moteurs en particulier avaient une excellente réputation pour une culture de fonctionnement silencieux et la production du RT91 a commencé en février avec le moteur 12R 1.6 avec un carburateur à registre Aisan. Et plus tard, en 1971, les moteurs 18R 2 litres sont également apparus dans le Hardtop, qui, en combinaison avec ces moteurs, s'appelait RT95.

Boîtes de vitesses : également avec trois vitesses et boîtier de direction

Pour mémoire : des différents moteurs sont apparus diverses variantes d'exécution et de puissance. La variante de moteur la plus puissante était le moteur 18R-E avec 125 CV et injection électronique. Remarquable : au départ, il y avait des transmissions manuelles à trois vitesses et des automatiques à deux vitesses disponibles. Une boîte de vitesses manuelle à quatre rapports avec levier au plancher était également au programme dès le départ. La boîte de vitesses manuelle à trois vitesses (avec levier de vitesses à colonne) a disparu en 1971, l'automatique à trois vitesses a remplacé la version à deux vitesses au cours de cette année-là.

Variété considérable, en particulier sur le marché intérieur

La Toyota Corona de cette génération a été modifiée à plusieurs reprises en apparence. L'avant en particulier a reçu un visage légèrement modifié à quelques reprises, et le Hardtop a profité de ces changements. La série RT9# Hardtop a été fournie dans de nombreuses versions, en particulier sur le marché domestique. Et en Amérique du Nord, il était au programme avec les plus gros moteurs, dont le sources d'énergie d'émission. C'est là que le RT8#/RT9# a frappé.

Rare en Europe, le choix pour Celica

Surtout lorsque la crise pétrolière a fait la différence, les gens ont souvent opté pour une voiture de fabrication japonaise dans le pays aux possibilités illimitées. En Europe, cette série apparaît donc moins fréquemment dans les livrets. Le Hardtop était rare en Europe; la berline, en revanche, était disponible dans plusieurs pays européens (dont les Pays-Bas, avec le moteur 6R). Mais quand même : pour le continent, Toyota a fait le choix catégorique au sein de cette classe pour la Celica de construction plus moderne et sa sœur jumelle technique Carina, qui ont également reçu la plate-forme A plus avancée.

l'inconnu fait aimer

Néanmoins, cette génération Corona montrait clairement que Toyota disposait déjà d'une large gamme au début des années XNUMX. Et en termes d'approvisionnement (et aussi de fabrication) qui était parfaitement aligné avec les régions du marché mondial et les besoins en leur sein. D'autre part, dans d'assez grandes parties du monde, cela a également entraîné une certaine méconnaissance et la rareté des modèles spécifiques. Des modèles qui, dans toute leur beauté classique, ont marqué une période de transition design-technique. Et ainsi dit que l'inconnu ne doit pas toujours être mal aimé. La Toyota Corona Hardtop du début des années XNUMX en est un très bel exemple. 

Programme Corona
RT 939495
Toyota Corona RT94
Toit rigide Toyota Corona
toyota couronne 4
photo publicitaire

13 Commentaires

Laisser un commentaire
      • L'automobile est fondamentalement européenne (Benz, Panhard) donc tout le monde en a fait une copie. L'avion est américain (Wright) donc tout le monde en a fait une copie. Bien que les Américains en question soient en fait d'origine européenne. Et parfois non. Et donc vous pouvez continuer longtemps sur qui a fait un original et qui a fait une copie.
        Le fait est que les Britanniques proposent quelque chose, les Français le bricolent de manière plus ou moins acceptable, les Belges le construisent, les Italiens le conçoivent, les Allemands le perfectionnent et les Japonais essaient un niveau de perfection de plus et les Coréens en extraient ensuite l'âme. Les chinois l'augmentent et les russes le mettent sur pattes. Et les Hollandais le vendent.
        Avis de non-responsabilité : aucun droit ne peut être dérivé du fait ci-dessus et c'est un non-sens complet, si seulement c'était aussi simple dans le monde.

  1. J'ai commencé en 1976 avec une Toyota Corolla 1200 coupé, puis une Corolla 1.6 Sportwagon que je conduisais Perte totale, puis une Toyota Corona 2.0 avec une boîte à cinq vitesses, après 230,000 13 elle avait plus de 1989 ans et nous nous sommes dit au revoir en emménageant ensemble et une voiture plus petite, en 1.6 j'ai acheté une autre Toyota Corolla un 16 320.000v, Malheureusement Perte totale sans que ce soit ma faute, puis une Toyota Carina pour la première fois avec direction assistée est partie avec 15 115 km au compteur et démarre et roule toujours et une consommation d'une sur 30 à environ XNUMX km/h, cela a été soulagé par une Toyota Corolla Verso pour cause d'invalidité, la grosse voiture a dû partir et nous avons acheté une voiture plus petite. Au total, environ XNUMX ans de conduite de Toyota, qui se sont avérées être des voitures très fiables pour moi à peu de frais, Toyota aimerait bien recommencer, mais je n'aime plus les modèles, dommage que j'en garde un bon souvenir.

  2. Techniquement, les Toyota étaient excellentes dans les années 70 et 80. Après 2 camionnettes de livraison de marque allemande et une de marque italienne, une Toyota Hi-Ace a été achetée en 1984. Les 3 prédécesseurs étaient « on » après environ 7 ans ! Mais je conduis toujours la Toyota presque tous les jours ouvrables et cela depuis 37 ans ! Equipé du moteur essence 18R 2 litres. Et fonctionne toujours comme sur des roulettes. Et cette voiture n'est utilisée que pour des déplacements en ville (livraison) et a cumulé l'ensemble de ses 160.000 XNUMX km avec des trajets de quelques centaines de mètres à quelques km par jour. Vraiment super.
    Nécessite très peu d'entretien, des poussoirs hydrauliques mais un arbre à cames sous-jacent avec des tiges de poussée, donc pas de problèmes de distribution. Ce moteur peut parcourir jusqu'à un million de km avec de longues distances. aller chercher.
    Les meilleures voitures.

  3. Aha, l'utilisation tristement continue d'enjoliveurs de kitch laids semble avoir commencé au Japon. La simplicité n'était plus permise, bien que la voiture du photographe se débrouille toujours assez bien avec seulement un enjoliveur décoré. Et oui, il faut pouvoir voir la beauté (et donc aussi la laideur). J'ai réussi à le faire avec quelques efforts de la gamme Mazda 343 de la fin des années 70, qui à mes yeux a retrouvé une certaine sobriété dans la ligne et les accents.

  4. Mon père avait une couronne de cette époque (1968)
    Toyota et Mazda avaient alors des voitures magnifiquement garnies, malheureusement elles n'étaient pas considérées comme des voitures de stockage.
    La Toyota Crown de mon père était malheureusement une voiture du lundi matin (après 3 ans de rouille au milieu du toit, du coffre et du capot, beaucoup de problèmes électriques et 3 échappements en 4 ans.
    Après seulement 4 ans et 80.000 XNUMX km, la couronne a été démolie car trop peu fiable, tant pis !
    À partir du milieu des années 70, la qualité des voitures japonaises s'est considérablement améliorée et a dépassé la qualité de nombreuses voitures européennes

    • C'est marrant que la carène soit aussi mentionnée. Le père de mon copain en avait un jaune crème. Avec des feux arrière verticaux qui tournaient un peu au coin de la rue. A eu une valve brûlée en Allemagne à un moment donné. Le mécanicien allemand (peu familier avec les autos J) avait apparemment réussi à y installer une valve Manta. Pourraient-ils retourner sur l'autoroute après la nuit supplémentaire

      • J'ai encore. Quand je lis le toit rigide Corona, je pense juste; y a-t-il aussi une capote Corona ?

        C'est formidable que les vieux et les jeunes japonais reçoivent désormais l'attention qu'ils méritent.

        Pensant secrètement à une Mazda 121, ce chapeau melon avec un toit ouvrant en lin. Quel plaisir nous avons eu avec ça. Beaucoup d'espace, agréable et épicé et riche en câlins. Il a fallu s'en débarrasser à l'époque, contrairement aux 626 que j'ai eu, le 121 était sensible à la peste brune.

Donnez une réponse

L'adresse e-mail ne sera pas publiée.

La taille maximale du fichier de téléchargement : 8 Mo. vous pouvez télécharger : image. Les liens vers YouTube, Facebook, Twitter et d'autres services insérés dans le texte du commentaire seront automatiquement intégrés. Déposer des fichiers ici

Maintenant dans le magasin

Voir l'aperçu de 40 pages via ce lien ou un clic sur la couverture.

Le numéro d'août, contenant :

  • Fiat 127 de 1972
  • Bicylindre en V Heemskerk, la meilleure moto jamais construite par BSA
  • Restauration Mini Voyageur 1963
  • Peugeot 104, une fête
  • Volkswagen Golf Pays était trop en avance sur son genre
  • Conduire avec un Yamaha R5 (1971-1972)
  • Rapport Wemeldinge Classic Races
  • Désignations de type en double - Partie XVI
couverture 8 2022 300

Le matériel de lecture parfait pour une soirée ou plus de rêve tranquille. Il est maintenant dans les magasins. Un abonnement est bien sûr préférable, car alors vous ne manquerez plus de numéro et vous serez également 27 € moins cher. Pas mal en ces temps chers.

BMW 3200CS. Beauté rare.

propre construction 0

Roi bricolage